Comment journalistes et attaché(e)s de presse doivent travailler ensemble aujourd’hui afin de s’entraider et être les plus efficaces possible ? Une question à laquelle Cision et le Press Club de France ont décidé de répondre en organisant un groupe de réflexion regroupant journalistes et communicants.

Pilier des relations presse, le communiqué de presse est le premier contenu produit par les services de RP, de communication et de marketing (cf étude 2016 : l’influence vue par le marketing, la communication et les RP) et bien souvent, le premier contact entre un communicant et un journaliste.  Quels sont les faux-pas à éviter dans un communiqué de presse ? Vous trouverez ci-dessous les trois erreurs les plus fréquemment citées par les journalistes participant au groupe de réflexion.

La première impression est toujours la bonne, surtout quand elle est mauvaise – Henri Jeanson

Erreur n°1 : Le communiqué de presse en PDF

Des copier-coller impossibles, une mise en page tout aussi impossible à récupérer … Le PDF est l’ennemi du journaliste, qui, par manque de temps, ne prendra même pas la peine de vous contacter pour avoir le communiqué sous un autre format. Et si ce même PDF a le malheur d’être mis en pièce jointe, il passera, chez beaucoup de journalistes, dans le courrier indésirable.

Votre communiqué doit directement apparaître en ouvrant l’email, et, si possible, créé sur un éditeur HTML spécialisé pour créer une mise en page s’affichant de la même façon sur toutes les messageries et tous les navigateurs. Le journaliste aura alors un accès direct à votre communiqué et pourra directement copier texte et visuels.

Il faut aussi penser au fait qu’aujourd’hui, de nombreux journalistes consultent les communiqués de presse sur leur smartphone. De ce fait, il préfèrera pouvoir directement lire le communiqué de presse, sans télécharger de fichier en pièce jointe.

Erreur n°2 : Le communiqué de presse en format image

Même combat pour le communiqué de presse en format image. Parce que le journaliste ne peut récupérer aucune information, parce que l’image risque de ne pas s’afficher, parce que l’email risque de passer en SPAM en étant considéré comme trop publicitaire, parce qu’aucun lien n’est cliquable…

Si votre information intéresse le journaliste, il voudra en savoir plus. Des liens doivent alors être mis à sa disposition pour en savoir plus sur l’organisation : site web de l’entreprise, mailto des contacts presse, réseaux sociaux … Si toutes ces informations sont dans une image et qu’elles sont non cliquables, quel est l’intérêt ?

Erreur n°3 : Le manque de contenu multimédia  

 Rien ne sert d’alourdir votre email de dizaine de photos. Cependant, n’hésitez pas à ajouter des liens vers du contenu multimédia de qualité. L’image est devenue un pilier essentiel de la communication. Datavisualisation, réalité virtuelle, photojournalisme, vidéo … Ne négligez pas ces nouvelles tendances et pensez au journaliste qui doit aujourd’hui mettre en page son article, susciter de l’engagement, animer des réseaux sociaux. Il a besoin de vous ! De nombreux outils gratuits tels que Canva ou Piktochart permettent de produire des illustrations de qualité.

Quel contenu envoyer au journaliste ? Comment la data peut-elle aider journalistes et communicants à travailler ensemble ? Quelles bonnes pratiques à adopter par les deux métiers ? Eléments de réponse en automne 2017, dans un livre blanc résumant toutes les solutions trouvées lors de ce groupe de réflexion …